Mâyâ , Mâyâdevî - Nos Chers Disparus de l'Espace Mort & Espace Carrel® - R.P. Joseph Carrel (Galilée)® & Marie-France Carrel - Route de Raisse 30 - CH-2855 Glovelier - +41 32 426 43 37 - Boulevard de Pérolles 57 - CH-1700 Fribourg - +41 26 424 24 01 - +41 79 763 28 08 - Fax : +41 26 424 24 03

Alchimie Vivante et PostMortem Actif !
Aller au contenu

Menu principal :

Mâyâ , Mâyâdevî

Huile d'Onction
Huile d'Onction

Mâyâ, Mâyâdevî

La reine Māyā, encore appelée Māyādevī (devī : « déesse », titre honorifique des reines) ou Mahāmāyā (mahā : « grande »), est la première épouse du roi Shuddhodana et la mère du Bouddha. Son nom sanskrit signifie « illusion ». En tibétain elle est appelée Gyutrulma. Comme tous les membres de la famille du Bouddha, les informations la concernant sont sujettes à caution, particulièrement celles provenant des Jatakas (recueils de récits de la vie de Gautama), en général légendaires. 

Toutes les sources s’accordent sur le fait qu’elle meurt très vite après la naissance de Siddhârta, son seul enfant, qui fut élevé par Prajapati Gautami. Ce fait et la signification en sanskrit de son nom ont fait proposer que la mère biologique du Bouddha n’aurait laissé aucune trace historique et que le personnage de Māyādevī serait une reconstitution légendaire.
A travers cette huile Māyā, (Māyādevī) crée, perpétue et régit l'illusion de la dualité dans l'univers phénoménal en libérant l’être de sa torpeur. Cette manifestation est réelle, mais c'est une réalité insaisissable dans les univers périphériques, mais elle devient le cœur de la réalité dans les mondes intérieurs.

Dans les mondes extérieurs existe  une erreur, mais une erreur naturelle, de la considérer comme une vérité ou une réalité fondamentale, alors que dans les mondes intérieurs, elle nous rejoint dans la réalité présente. Chaque personne, chaque objet physique, du point de vue de l'éternité, n'est qu'une goutte d'eau d'un océan sans limites. Le but de l'éveil spirituel est de le comprendre, plus précisément de faire l'expérience de la fausse dichotomie entre soi et l'univers. Māyā, correspond à la Vacuité.
 
Retourner au contenu | Retourner au menu